Actualité

Formation ou formatage ?

27-02-2018

Certains avancent qu'avec l'âge, on gagne en sagesse. Une telle affirmation me fait froid dans le dos, surtout quand je regarde les plus jeunes recruteurs !
Pour occuper avec un maximum d'utilité la période qu'il me reste à courir dans le monde professionnel, je postule à des CDD ou des temps partiels. Jusqu'à présent, les réponses sont négatives et ce n'est pas là le plus grave. Quand des raisons sont avancées, elles tournent autour des idées : une équipe jeune, une intégration difficile, etc. Bref, le refus n'est pas dû à l'âge du candidat - le mien, mais à celui des personnels en place. Façon plus ou moins polie, plus ou moins maquillée qui amuse ceux à qui j'en parle et me déçoive en particulier.
Sur quoi fonder cette manière de voir, les faits les attestent-ils, ou sont-ce des a-priori ?

Du coup, j'intègre parfois à mes propositions des extraits d'un article de Senioractu qui parle de ce phénomène contreproductif : l'âgisme !
Mesdames, messieurs les recruteurs, vous qui souhaitez réunir des compétences, en formation ou en tout autre domaine, montrez que vous n'êtes pas vous-mêmes formatés.

Cette fameuse RAEP

23-02-2018

Quelle merveilleuse épreuve : demander à des personnes en poste depuis X années de définir ce qu'elles ont appris au cours de leur carrière : une sorte de bilan de compétences, mais en saut libre. Prendre du recul, se poser des questions et le tout en un laps de temps restreint.

Depuis dix ans, j'aide des candidats à cette pratique, et j'entends encore cette Marseillais s'exclamer, avec l'accent : en deux jours de formation, j'ai fait trois ans de psychanalyse ! Il faut espérer pour elle que le résultat soit plus problant.

Du coup, je me livre moi-même à l'exercice et me suis mis à rédiger une sorte d'auto-biographie à usage familial, je n'en dévoilerai donc que le titre provisoire : Je partirai les poches vides mais la tête haute. Tout un programme, mais sans délai pour rendre ma copie.

Quand je m'ennuierai, je m'en irai

10-02-2018

La formule donnée en titre est celle que j'utilise souvent. C'est le "coup de pied au cul" qui me fait continuer à courir l'hexagone. Les échanges dans les diverses formations entretiennent mon sentiment d'utilité et laissent voir l'intérêt de mon action.

Ceci est dit sans fausse modestie, car la confiance en soi est indispensable dans notre métier. Comme formateur indépendant, je n'ai personne pour mesurer mes progrès, souligner mes points faibles ou renforcer mes talents. Oui, oui, j'ai un peu de tout ça ! Donc, ce sont bien les questions répétées et les inédites qui jalonnent le parcours.

Au vu de la balance entre plaisirs et regrets, le côté enrichissant est le plus chargé, merci aux participants de me donner ce baume au coeur.
 

Consulter les archives